Accueil > Qui sommes-nous ? > EPA en France
Une mini-entrepreneuse du stand au jury


Je savais à quel point le passage devant les jurys pouvait être stressant

 

Bertille

Directrice RH d’Art’Gliss en 2014
Jury en 2015

 


 

 

Bertille_jury_2015Bertille, 18 ans, a déjà un CV de mini-entrepreneuse bien rempli. Directrice RH d’Art’Gliss, elle a été lauréate régionale catégorie Lycée et classée 3e nationale avec son équipe en 2014. Cette année, elle revient de l’autre coté du miroir pour évaluer la promotion 2015. Impressions...

 

 

 

Comment est-tu devenue « jury » ?

 

Benoit Gaillard m’a sollicitée et j’ai accepté avec plaisir. ça m’intéressait de continuer l’aventure, même sous une autre forme, et d’observer les coulisses du Championnat. J’ai beaucoup apprécié de me trouver de l’autre coté de la barrière et de voir quel regard portait les Mini entrepreneurs sur les jurys. Je les ai sentis polis, aimables et respectueux. C’était très enrichissant.

 

Ton expérience a-t-elle influencé ta façon d’appréhender ta fonction ?


Pour l’avoir vécu, je savais à quel point le passage devant les jurys pouvait être stressant. J’ai donc pris soin de ne pas mettre les jeunes mal à l’aise. Je restais bienveillante même s’ils répondaient à côté. Et en cas de difficultés, j’essayais de les relancer avec des questions simples et les encourager quand ils hésitaient.

Mais pour certaines équipes, j’ai reconnu les discours appris par-coeur, l’envie de placer son message même si ce n’était pas le bon moment, et je n’ai pas pu résister à l’envie de poser quelques questions pertinentes pour voir s’ils étaient bien préparés. Sur le seuil de rentabilité notamment, qui est un thème récurrent et souvent redouté des mini-entrepreneurs.

 

Comment as-tu trouvé les mini-entrepreneurs de cette année ?


J’ai été très agréablement surprise. Les participants étaient très motivés, dynamiques et très sensibles aux questions de développement durable. On sentait une vraie envie, un plaisir à être sur le stand et à participer à la Foire. Les collégiens m’ont impressionnée notamment. Ce sont de vraies boules d’énergie.

Lors de mon passage, j’ai également interrogé des lycées et des bacs pro. Ces participants avaient mon âge. Ils ont du se demander comment je m’étais retrouvée là. Mais ça ne m’a pas déstabilisée. Je me sentais légitime.