Accueil > Qui sommes-nous ? > Actualités > Article Temoignage > L’entreprise par l’autre bout de la lorgnette
L’entreprise par l’autre bout de la lorgnette

En endossant le rôle de créateur d’entreprise, ils comprennent mieux les impératifs de gestion et les attentes de leurs employeurs...

Elisabeth Guillot-Portelette

Adjointe de Direction à l’Espace Lanfry -Bâtiment CFA Rouen,

Rouen

 

NL_27_guillot_porteletteElisabeth Guillot-Portelette, Adjointe de Direction à l’Espace Lanfry -Bâtiment CFA Rouen, a déjà créé 3 Mini Entreprises avec des alternants. Owé, en 2011 à l’EIR, Créazique et les BJA en 2018 dans son établissement actuel. Pour elle, ce projet est complémentaire des périodes en entreprises et permet de prendre de la hauteur dans l’apprentissage...

 

 

Pourquoi une Mini en CFA ?

Dans la majorité des cas, l’expérience d’entreprise qu’ont les apprentis se limite à une vision de salarié. Leur patron donne des directives, des ordres qui... suscitent parfois de l’opposition chez les jeunes. La Mini Entreprise permet de changer de casquette.

 

En endossant le rôle de créateur d’entreprise, ils apprennent à prendre en considération les impératifs de gestion stratégique et comprennent alors mieux les attentes de leurs employeurs. De plus, ce projet leur demande de conserver une dimension professionnelle même pendant le temps de formation. En effet, les périodes au CFA jouent généralement le rôle de soupape. Les apprentis relâchent la pression et retrouvent des comportements non adaptés.

 

La Mini Entreprise permet de les maintenir dans cet objectif de savoir-être, de tenue vestimentaire, de prise de responsabilités. Et le travail en mode projet renforce les liens du groupe.

 

Comment se gère le temps ?

Chaque CFA a son propre rythme d’alternance, mais il faut une certaine régularité pour assurer le suivi du projet. En Mini Entreprise, j’instaure des rituels, un dress code, et les projets choisis sont en rapport avec leur formation.

 

La Mini Entreprise permet donc de renforcer le champ de compétences des apprentis. Et ils sont tellement passionnés par leur métier qu’ils produisent (des bijoux en fer forgé ou des mosaiques en 2018, ndlr) en dehors des cours.

 

Qu’en pensent les entreprises d’accueil ?

Lors de la première année de Mini au sein du CFA Lanfry, je n’ai pas eu beaucoup de retours de ce coté. Mais pour la nouvelle promotion, je souhaite travailler sur la question.

 

Je veux sensibiliser nos entreprises partenaires au parrainage, les encourager à apporter leur regard et leur expérience au projet. Nous pourrions également les solliciter pour devenir sponsors. D’une manière globale, mon objectif est d’améliorer la communication externe des mini-entrepreneur·e·s.

 

Je vais les encourager à mettre leur projet en valeur lors des Journées portes ouvertes par exemple. Il faut valoriser leur travail et les progrès réalisés durant cette expérience. Ils le méritent.