Accueil > Qui sommes-nous ? > Actualités > Article Temoignage > Alumni : une richesse régionale
Alumni : une richesse régionale


Les ingrédients sont réunis pour créer un réseau d'anciens EPA dynamique au niveau régional, voire national...

 

2008-2018 : 10 ans d’EPA en Normandie

5 départements
810 Mini Entreprises

 


 

 

NL_24_alumni_10ansEn 10 ans d’existence, EPA Normandie a suivi 810 Mini Entreprises sur les 5 départements et sensibilisé 11000 jeunes. Chacun d’entre eux a donc un point en commun : avoir vécu grace à ce programme pédagogique l’expérience de l'entrepreneuriat. Un potentiel incroyable à mettre en valeur pour les anciens et les futurs mini-entrepreneurs.

 

 

 

Dans la culture anglo-saxonne, les alumnis représentent les associations d’anciens élèves, réseaux soudés de professionnels ayant partagé l’expé¬rience commune d’une école ou d’une formation spécifique à forte identité. Tout comme les mini-entrepreneurs. Les ingrédients sont donc réunis pour créer une dynamique similaire au niveau régional, voire national.

 

Partage et encouragements

L’expérience EPA marque profondément. Et les anciens sont toujours ouverts pour offrir leurs conseils aux mini-entrepreneurs actuels. Ainsi, Salomé a pris des actions dans la Mini de l’année suivante « pour les soutenir », Jason a participé au recrutement et à l’attribution des postes, et Bertille est passée du coté jury lors du Salon suivant le sacre de sa propre équipe. Le collège Ste Marie de Valognes a même lancé un groupe facebook sur cette thématique. On y trouve des recherches de compétences pour la Mini Entreprise actuelle, des nouvelles des diplômés des années précédentes et des exemples d’anciens venus coacher les nouveaux en vue de réiterer les succès des années passées.

 

Et si on allait plus loin ?

Avec ses 11 000 alumni potentiels, la région normande dispose d’une richesse incroyable. Les témoignages concordent. La Mini Entreprise apporte confiance en soi, développe l’esprit d’équipe et parfois, donne envie de se lancer dans l’aventure grandeur nature. Pour capitaliser au mieux sur ces acquis, « pourquoi ne pas ouvrir une pouponnière d’entreprise déstinée aux anciens mini-entrepreneurs, rêve Jules, alumni et créateur de la start-up Alavance. On y trouverait un suivi et des aides humaines, techniques, voire financières pour se jeter dans le grand bain.On pourrait entreprendre, et apprendre, encore. »