Accueil > Qui sommes-nous ? > Actualités > Article Actualités > Sci-Tech Challenge : Blaise Pascal s'impose à l'européen
Sci-Tech Challenge : Blaise Pascal s'impose à l'européen

Sci-Tech Challenge : Blaise Pascal s'impose à l'européen

ST_2017_EquipesGagnantes_Europeen

 

 

Ils s’appellent Gabin, Colin, Gélaze, Youri et Isia. Ils ont 16 ans et ont imaginé la Norman car pour le Sci-Tech Challenge. Leur idée les a emmenés jusqu’au podium de ce concours scientifique européen organisé par EPA et ExxonMobil. Rencontre avec une équipe soudée « for ever ».

 

Comment avez-vous imaginé la Norman car ?

Le sujet du concours était la réduction de 40 % des gaz à effet de serre pour les véhicules particuliers d’ici 2040. Notre réponse fut donc de repenser complètement la notion de voiture.
Youri et Isia en charge du design ont imaginé une monoplace sans coffre pour gagner en légèreté dans un style simple et aérodynamique.
Gabin a créé un système de stockage du CO2 émis, CO2 qui servira ensuite à alimenter une plantation de micro-algues connues pour produire un nouveau carburant : du biopétrole.
Enfin, Colin a pris en charge la stratégie markéting : offre promotionnelle de lancement, subvention de l’état, déclinaison d’un système adaptable à n’importe quelle voiture existante… les idées ne manquent pas pour convaincre le client.

 

Comment s’est passé le travail en équipe ?

Les rôles étaient définis mais les interactions entre nous étaient quand même constantes. Une méthode qui s’est révélée très efficace. En fait, dans notre groupe, toute forme d’intelligence avait sa place. Et la confiance régnait entre nous. Notre principe : aucune idée n’est ridicule. Ajouté à l’esprit d’équipe, l’humour et la créativité et nous avons inventé une voiture qui n’existait pas !

 

Que retirez-vous de cette expérience ?

Une très grande confiance. En nous et en nos capacités. Nous n’avons plus peur de l’échec. Pour tous, le projet a permis aussi de découvrir les perspectives de carrières scientifiques. Et nous avons fait de gros progrès sans nous en rendre compte. Les enseignements de maths, physique, chimie ou anglais ont pris un vrai sens.

 

Verrons-nous des Norman car en ville un jour ?

Mais pourquoi pas ? Notre projet élaboré en 3 h a convaincu un jury de professionnels. Donc pourquoi pas dans quelques années monter une équipe et développer le projet. Ou un autre… On a des idées, des envies de créer. Rien ne nous arrêtera. On SAIT qu’on peut y arriver.