Accueil
Mini-Entrepreneurs : Satisfaction maximale


98 % des mini-entrepreneurs a apprécié d’avoir participé au projet...

 

Enquête de satisfaction

Réalisée sur 332 Mini-Entrepreneurs haut-normands.
Entre septembre 2012 et mai 2013

 


 

 

ME_2013_graphiqueOn leur a posé la question... et ils ont dit OUI ! Oui, leur expérience de Mini-Entrepreneur les a intéressés, oui, cette année les a aidé dans leur compréhension du monde du travail, oui, ils ont pu découvrir de nouveaux métiers. Et, oui, certains ont même envie de transformer l’essai dans la vraie vie.


En début d’année, 76 % des jeunes engagés se déclarent intéressés par le projet Mini-Entreprise. En fin d’année, ils sont 98 % à apprécier d’avoir participé. Cette évolution dénote l’adhésion croissante au projet durant l’année, pour atteindre un quasi-plébiscite lors du championnat.

 

Projet d’orientation

Au début de l’année, 72 % des Mini-Entrepreneurs pensent disposer d’assez d’informations sur les métiers pour choisir leur orientation. D’ailleurs, 86 % d’entre eux ont déjà un projet d’orientation défini, surtout dans les filières professionnelles (94 % en 3e prépa pro, 89 % en bac pro).

De fait, la Mini-Entreprise n’a pas de réelle influence sur le choix d’orientation pour 63 % des jeunes, sans distinction notable entre les filières. Toutefois, à l’issue de l’expérience, ils estiment en grande majorité (60 %) que le projet leur a permis d’élargir leur connaissance des métiers, surtout chez les collégiens (71 %) et les filières technologiques (57 %).

 

Fonctionnement des entreprises

Une courte majorité de Mini-Entrepreneurs (54 %) déclare en début d’année connaitre le fonctionnement des entreprises. En mai, ils sont 98 % à reconnaitre que le projet leur a permis d’améliorer leurs connaissances sur le sujet.

 

Création d’entreprise

En septembre, 46 % (voir graphique) des Mini-Entrepreneurs interrogés envisagent de créer leur entreprise à l’avenir. Ce chiffre passe à 53 % en mai. La hausse est significative pour l’ensemble des catégories interrogées. Entre 3 et 5 % pour les 3e, 3e prépa pro et bac pro, et 34 % pour les filières technologiques des lycées.