Accueil
Héléna Turpin, les profs apprennent aussi

 

 

J’aborde plus aisément l’entreprise en classe, surtout sous l’angle du savoir-être.

 

Héléna Turpin

Professeur au collège Claude Bernard

Barentin

 

 

helena_turpin_webHéléna Turpin encadre une mini-entreprise pour la deuxième année consécutive. Pour cette enseignante du collège Catherine Bernard de Barentin, le projet lui a révelé une facette des entreprises qu’elle ne soupçonnait pas.

 

 

La mini-entreprise a-t-elle changé ta vision de l’entreprise en général ?

Tout à fait. J’ai découvert que l’entreprise est beaucoup plus ouverte et réceptive que je ne le pensais. Les professionnels ont une réélle envie de faire découvrir leur environnement, d’accueillir les jeunes. Lors de la soutenance, par exemple, un membre du jury a invité notre équipe à les contacter si « un jour, ils voulaient créer leur entreprise ». Ca m’a émue. J’ai ressenti une grande fierté pour le travail de mes élèves, et une reconnaissance de mon travail. De fait, cette année, quand il s’est agi de chercher un parrain, je n’ai pas hésité à aborder Schneider, sur ma commune. L’entreprise a répondu présente immédiatement, nous a accueillis dans ses locaux et a détaché deux collaborateurs pour des visites en classe.

 

Comment cette évolution se répercute dans ta façon d’enseigner ?

J’aborde plus aisément l’entreprise en classe, mais sur l’aspect du savoir-être. Par exemple, quand un élève est agité ou insolent, je lui fais remarquer que ce comportement serait inacceptable face à un recruteur ou un chef d’entreprise. Je conseille donc plus mes élèves sur le savoir-être, à force d’exemples pour leur montrer qu’il y a un monde après l’école. Et en mini-entreprise, je leur dis d’y aller, d’oser. Les entreprises ne doivent pas paraitre inabordables.

 

As-tu rencontré des résistances parmi tes collègues ?

Au début, les collègues disaient que c’était sans intérêt, que les élèves allaient perdre leur temps et ne plus penser à étudier. Mais la donne a changée. Ils ont pu constater les résultats sur l’équipe de l’année dernière. Et certains s’impliquent plus avant. Par exemple, un CPE est allé sur des salons professionnels pour collecter des adresses d’entreprises pour des partenariats…